Galego  |  Español  |  English  |  Français                      
Accueil

Nos Gaitas » Construction
Courrier Électronique

Plan du Site

Obradoiro

Nos Gaitas

Construction

Modèles

Compléments

Seipal

Garantie Seivane

Boutique

Documentation

Actualités

Susana Seivane

Contactez-nous
À l’Obradoiro de Gaitas Seivane, un soin spécial est pris pendant tout le processus de élaboration de nos gaitas, depuis la sélection et le séchage du bois, la maintenance et l’affûtage de nos outils, le développement des différents pas dans l’élaboration, l’accordement, les finitions et la présentation finale.

Les Matériaiux | Le Processus | Personnalisation

Progres Techniques | Brevets | Projet IDIGAITA


Les Matériaux

Bois


Le bois est l’élément principal avec lequel les gaitas sont élaborées. Les plus appréciés pour les gaitas galiciennes sont: palissandre, cocobolo, buis et grenadille.

  Grenadille Buis Cocobolo Palissandre

Nom botanique Dalbergia melanoxylon Guill. Et Perr Buxus Sempervirens L. Dalbergia granadillo Pitt. Dalbergia cearensis Fr. Allem.

Densité 1.250
Kg/m3
900-1030
Kg/m3
990-1.250
Kg/m3
800-900
Kg/m3

Dureté Très dure Très dure Très dure Dure

Couleur Marron pourpre foncé
avec des veines noires
Jaune pâle Marron rouge Chocolat - marron violacé


Le choix du bois dépendra du goût de chaque gaiteiro, mais il ne faut pas oublier que certains sont plus sensibles que d’autres au changement de température et d’humidité. Dans le cas du buis, le plus sensible, il est peu recommandable pour des zones climatiques avec des températures extrêmes.

Il faut tenir compte d’un autre critère au moment de choisir le bois, c’est le caractère timbrique que l’on va apporter à l’instrument. Le buis est très apprécié par les solistes pour sa douceur et richesse harmonique. C’est le bois autochtone qui est le plus utilisé pour construire la gaita traditionnelle galicienne.

Le manque de buis et l’inquiétude de rechercher de nouveaux timbres, conduit les artisans à chercher des bois exotiques nobles comme le cocobolo, le cinnamome et la grenadille. En concert, la grenadille présente une tolérance supérieure au changement de température et d’humidité. Elle apporte un timbre cristallin et brillant.

Annelage



Méthacrylate Laiton Maillechort Argent Seinox


Pour l’élaboration des anneaux, on utilise divers matériaux: méthacrylate noir ou imitation d’ivoire, laiton, maillechort, le nouveau Seinox, argent et aussi du bois en contraste avec celui de l’instrument.

Même si les anciennes gaitas ne disposaient pas d’anneaux –ce qui les obligeaient à être plus robuste-, l’annelage moderne a pour fonction de protéger les parties “femelles”, dans tous les emboîtages des gaitas, des possibles brèches provoquées par la pression des parties en liège. Il en va de même dans la cloche du chalumeau et la poire du bourdon basse, du bourdon ténor et du petit bourdon, qui sont aussi protégés des éventuelles fentes dues à des coups fortuits ou au mouvement du bois.

Mis à part cette fonction primaire de protection, les anneaux jouent aussi un rôle important de décoration, de distinction et de personnalisation. À l’Obradoiro de Gaitas Seivane, la possibilité de graver de multiples dessins préétablits ou dessinés par lui-même, ainsi que son nom, est offerte au gaiteiro. À la demande, on continue aussi à construire tout comme les anciennes, des gaitas sans anneaux.

Les innovations dans le traitement des métaux introduit par les Seivane à l’annelage des gaitas méritent une mention d’honneur. Le repoussage au tour, un art propre des plus fins orfèvres, fut incorporé à notre processus de élaboration en obtenant ainsi un ajustement parfait au bois et en même temps une élégance et d’esthétiques reliefs, rabats, fentes ou demi-cannes.


Ensuite on peut voir une petite description des anneaux les plus utilisés par Seivane:

• 

Méthacrylate - Polymère qui a un taux d'expansion très semblable à celui du bois. Cette caractéristique, combinée avec son éclat et sa résistance aux éléments et au râpage, le transforme en un matériel moderne très bon pour faire des anneaux pour les gaitas. Le méthacrylate peut être noir ou imitation d’ivoire.

Laiton - Également appelé métal, est un alliage de cuivre et de zinc. Il est jaune.

Maillechort - Alliage composé de zinc, de cuivre et de nickel. À cause de sa couleur et  son éclat il ressemble beaucoup à l'argent. Á cause du nickel, il est très résistant á la corrosion.

Argent - Métal précieux mou et blanc. Pour le rendre plus dur, habituellement il est allié avec le cuivre dans une proportion de 93%. Une fois poli, il obtient un éclat typique très élevé.

Seinox - Alliage exclusif de Seivane avec une dureté, ténacité et résistance à la corrosion très élevées. Il est également libre d’oxydation, c’est pourquoi  il reste sans changement pendant des années. Cette caractéristique le rend très bon pour élaborer des anneaux pour gaitas. Les anneaux de Seinox ne sont pas soudés.

Revêtement


Pour la housse ou le revêtement, le choix est entre catre différents modèles: la housse standard, en lin, le brocart et la doublé qui est une combinaison de ce qui précède. Pour la confection des revêtements, on utilise du velours, du lins, et du brocart de haute qualité et une ample gamme de couleurs. Il est possible de combiner les couleurs, aussi bien pour les houses que pour les franges.


Le Processus


Le processus de élaboration commence par l’abattage de l’arbre. Comme la tradition et l’expérience l’ont démontré, les meilleures époques pour l’abattage sont le dernier quartier de la lune en janvier et le dernier quartier de la lune en août. Dans les deux cas, la circulation de sève est moindre, donc l’expulser sera plus facile et rapide. Si cette sève reste trop longtemps dans le bois, cela cause ce que nous nommons du bois “hébété”, sans vie. Il s’agit, en même temps, d’obtenir un séchage parfait et de maintenir le bois vivant.

Une fois qu’il est abattu, on le laisse reposer durant quinze jours sans lui couper les branches pour qu’elles absorbent le maximum de sève. Après les avoir retirées, on coupe les troncs en morceaux de 50-60cm et on les scie de façon longitudinale en moitiés et en quarts. Après ce découpage, le bois se détend et se décontracte et l’on évite ainsi les fissures typiques durant le postérieur séchage.


C’est alors que commence une longue suite de phases de traitement dont la qualité finale du bois va grandement dépendre. Il entre dans la salle de séchage et on l’empile comme il faut pour que l’air circule librement entre les cales. Un an plus tard, on le vérifie encore et il est scié pour éliminer les noeuds et les impuretés. Puis on le laisse reposer de nouveau jusqu’à compléter le processus de séchage qui, en totalité, dure aux alentours de 10 années.

Passé ce temps, c’est le moment de scier une nouvelle fois les pièces au moyen de l’intuition et de l’expérience de l’artisan. Elles sont classées selon leurs dimensions, stabilité, rectitude des veines, apparence esthétique, couleur, grain, fibres, homogénéité etc. Chaque pièce est alors affectée à une partie concrète de la gaita.


Durant l’étape suivante, il s’agit d’arrondir la pièce à l’aide d’un tour et de l’entreposer pour qu’elle repose. Peu à peu, les diverses opérations sont effectuées à l’atelier. Par exemple, les trous et dégrossissages doivent être doux et progressifs, tout en évitant de fortes agressions physiques pour ne pas briser les fibres moléculaires. Ainsi le bois atteint une stabilité définitive. Entre les diverses interventions à l’atelier et les périodes de repos intermédiaires, il se peut que 5 années passent.

De cette façon, on obtient un instrument avec un excellent timbre et un minimum de changements physiques dans l’avenir.


Personnalisation


Chaque cornemuseur peut personnaliser sa gaita Seivane, en choisissant la tonalité, le bois, l’annelé, la housse, les franges, les gravures… Dans les anneaux et tenons, ainsi que sur les parties en bois de la gaita, on peut réaliser des gravures décoratives, commémoratives ou avec un nom propre.



Progres Techniques

Tout en respectant la tradition, dans son désir d’amélioration constante et grâce à son expérience et études, l'Obradoiro mise sur l'aide de la technologie actuelle qui procure un haut degré de fiabilité et précision aux gaitas Seivane.



Seitor (chalumeau de ton reglable), Seipal (anche de bourdon sinthétique), Seinox (anneau avec des propriétés inoxydables), embouchoir démontable, Seipón.


Brevets

Seivane a été enregistré comme marque par le Bureau Espagnol de Brevets et Marques (OEPM). Au cours des années, les recherches effectuées dans l'obradoiro ont abouti à des inventions, dont certaines d'entre elles brevetées dans ce bureau.



Ainsi, l'anche de bourdon synthétique Seipal, qui reste fidèle au son de l'anche de bourdon de canne traditionnel mais avec une grande stabilité de ton, a été breveté et la marque Seipal a été enregistrée.

D'autres brevets enregistrés sont la soupape incorporée à l'anche de bourdon Seipal, qui permet d'interrompre le bourdon basse de la gaita en fermant et en ouvrant le passage de l'air.

Aussi on a également breveté le Seitor, chalumeau au ton réglable pour gaitas, qui incorpore un nouveau dispositif de régulation de ton, qui permet de corriger les variations éventuelles du ton sans sortir le chalumeau de la gaita.

Actuellement l'obradoiro continue ses études et recherches sur les nouvelles manières d'améliorer la gaita et de faciliter la tâche aux gaiteiros.

Si vous le souhaitez, vous pouvez télécharger, en format PDF, nos brevets (en espagnol):

Seipal:  ES-1054928_U.pdf  (87 KB)

Soupape d'interrompre:  ES-1059291_U.pdf  (84 KB)

Seitor:  ES-1060215_U.pdf  (72 KB)
Nécessaire Adobe® Reader®, programme gratuit qui peut être obtenu en cliquant sur le logo suivant:



Projet IDIGAITA


L’Obradoiro de Gaitas Seivane participe au projet d’investigation IDIGAITA, en collaboration avec le CTAG et l’Université de Vigo (Groupe Sonitum). Ce projet unit des efforts pour combiner le Galicien Patrimoine Culturel Musical et les nouvelles technologies des matériels.

L’investigation cherche à résoudre plusieurs problèmes qui touchent la gaita actuellement et à enrichir au maximum ses possibilités sonores. Il s’agit de la recherche de matériels écologiques, alternatifs au bois, ou de recycler les résidus du bois, pour minimiser au maximum les problèmes de maintenance de l’instrument et obtenir la stabilité physique, thermique et, par conséquent, sonore de la gaita.
Obradoiro de Gaitas Seivane
Volteiro, 1-B - 15650 CAMBRE - A Coruña, Galice, Espagne
Tel: (+34) 981 676 656 - Email: obradoiro@seivane.es